JOUR J-2080 : La rencontre

y+v=s

Pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient!

Pour faire une longue histoire courte, Maman Véronique et Papa Yves ont fait une première rencontre à la fin du printemps 2008, et c’est grâce au téléthon Enfant Soleil que l’on a pu se connaître.

Je me souviendrai toujours de la première fois où Véronique est entrée dans mon champ de vision; dans ce meeting d’OES ou elle est entrée dans le bureau… Wow!  J’ai eu un coup de foudre instantané pour cette superbe grande fille, élancée, cultivée, avec des yeux bleus pétillants. Mais disons qu’à ce moment, mon cœur n’était pas prêt à recevoir ce précieux diamant.

En passant, je revendique le titre du « premier bébé » tiré d’une union de deux employés d’Opération Enfants Soleil! Qu’on se le dise, et j’en suis TRÈS fier de le clamer haut et fort!

Bon revenons à nos moutons. Les choses se sont précisées vers le milieu de l’été après quelques rencontres amicales. Il y avait vraiment une chimie extraordinaire entre nous! On était tellement sur la même longueur d’ondes, tellement fusionnels.

Parlez à mes amis JF et Isa de leur première rencontre avec le nouveau couple Yves et Véro; sérieusement, je pense encore aujourd’hui qu’on avait sécrété de la cocaïne naturelle tellement on était sur un high!

Par contre, j’ai toujours eu peur que cette ivresse des premiers temps, celle qui nous embourbe, nous enlise le cerveau, retombe rapidement et que les défauts et les côtés sombres de l’autre nous sautent au visage d’une manière sournoise. Mais non, cette bulle aux méninges, je l’ai encore aujourd’hui après presque 6 ans de relation.

Bon les enfants…

Si je me souviens bien, ce sujet est venu rapidement au menu, je dirais même dans les premières semaines de fréquentations. Pas qu’on voulait se reproduire rapidement (!) mais plutôt, savoir quels étaient les plans de l’autre pour l’avenir! Et disons que notre agenda était étrangement le même, soit quelques années de « concubinage », « d’habitage ensemble » et hop les infiiiins!

Mais le tout est très paradoxal, car je n’étais même pas en mesure de tenir un enfant dans mes bras… Faut croire que j’ai dû être traumatisé lorsqu’à 12 ans, on m’a présenté, pour la première fois, un poupon et au moment de le mettre sur mon épaule, il a vomi sur ma belle veste de chasse à carreaux! Beurk!!! Yark!!! Je me souviens tellement d’être parti en courant, laissant le bébé là, vomissant à mon tour et ayant les hauts le cœur pour le reste de l’heure suivante!

Mais j’ai quand même toujours voulu des enfants, et ce dès le début de la vingtaine. Je voulais une belle et grande famille avec des enfants d’âge rapprochés ; j’en voulais 4!

Je me suis drôlement trompé car ça aura pris 22 ans avant que le rêve d’une Sarah se réalise!

Advertisement

3 comments

  1. Avec un enfant, chaque moment est magique et c’est important de les savourer. Grace a ce recul de l’écriture tu pourras y gouter d’autant plus ! Bravo Yves.

  2. Je vais te lire aussi souvent que tu publieras. La venue d’un enfant est tellement, mais tellement la meilleure chose qui nous arrive dans la vie. Que tu partages tout ça mérite qu’on s’y attarde et ça me fera me souvenir des plus beaux moments que j’ai vécu avec ma fille, son frère et son père. Merci Yves. XXX

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s